La montée du tourisme à risque

Depuis quelques années, le tourisme à risque fait partie des réalités du monde touristique, au vu des risques potentiels et réels liés à ce domaine.

monde-touristique.jpg
Bien que le tourisme apporte un net avantage financier au pays hôte et représente une arrivée de devises importante, il est devenu, avec le temps, source de problèmes et de risques.

Ce qu’est le tourisme à risque

On qualifie le tourisme de tourisme à risque dans le cas où il engendre par exemple une consommation énergétique très élevée. En effet, les voyageurs, surtout s’ils viennent des pays riches, ont besoin ou réclament des transports (gros véhicules tels que les 4X4), de la climatisation, dévoreurs d’énergie. Le tourisme à risque englobe aussi les consommations des ressources, notamment de l’eau, à travers les piscines, les bains et douches fréquents, les golfs etc.

tourisme-a-risque.jpg

Y sont compris de même la dégradation des écosystèmes et de la biodiversité due aux souhaits des visiteurs de rapporter des souvenirs de leur voyage. On peut également parler du fait que le tourisme contribue en très grande partie aux émissions de CO2, le principal gaz à effet de serre, ce qui augmente considérablement la pollution de l’air, du sol et des eaux en surface.
Par ailleurs, la multiplication des attentats et du terrorisme a donné une plus grande dimension encore au tourisme à risque. Certains pays sont classés zone rouge durant une plus ou moins longue période à cause des dangers potentiels qu’on y encourt.

Les impacts du tourisme à risque

L’environnement est la première victime du tourisme à risque, sans parler des habitants ou autochtones. Les surconsommations d’énergie, la difficile gestion des déchets, entre autres choses sont des dommages causés par le tourisme à risque. En fait, le tourisme à risque est maintenant un risque pour le devenir du tourisme lui-même.

Author: Lucille

Share This Post On